• Plan et histoire du domaine de la ferme de Bellevue

     

     

    Jacques-Alexandre Laffon de Ladebat (1719-1797) à l'initiative du projet, 

    fut un armateur bordelais qui s'enrichit en faisant le commerce des vins,

    des armes et des esclaves. 

    Tirant profit de l'arrêté royal de 1761, encourageant l'appropriation des terres libres

    du royaume pour étendre les surfaces cultivables,

    Jacques-Alexandre Laffon de Ladebat achète en 1769 un vaste domaine (près de 226 ha)

    en vue d'y créer une "ferme expérimentale".

    La propriété sera progressivement étendue, à la fois sur les paroisses

    de Pessac et de Mérignac, pour finir par former le "Domaine de Bellevue". 

    Cette" ferme expérimentale" devait surtout servir de "modèle d'expérimentation"

    pour les autres investisseurs, suivant la politique gouvernementale menée par Louis XV.

     

    L'entreprise visait à : 

    • Mettre en valeur les terres inexploitées ou celles qui n'étaient dédiées qu'à la viticulture, afin d'accroitre les cultures céréalières et la production de farine. 
    • Expérimenter et développer de nouvelles cultures et de nouveaux modes ou instruments d'agriculture. 
    • Former de nouvelles générations d'agriculteurs à des méthodes et outils de travail plus productifs. 

    Cette démarche de "mise en valeur de landes et terres incultes",

    en plus de ses activités maritimes, valurent à Jacques-Alexandre Laffon de Ladebat

    son anoblissement par le roi Louis XV. 

     

    A la mort de Jacques-Alexandre, en 1797, la famille est ruinée.

    Tous les enfants renoncent à l'héritage sauf André-Daniel,

    qui devient alors le seul propriétaire et exploitant de la ferme de Bellevue.

    Ce dernier va continuer à gérer la ferme tant bien que mal,

    en raison des perturbations de la période révolutionnaire

    et des désastres financiers successifs de la famille. 

    Le 17 Juin 1823, l'ensemble du domaine de la Ferme de Bellevue est vendu à des sociétaires,

    pour devenir la Ferme Expérimentale du Duc de Bordeaux. 

    Cependant, les premières productions ne permettent pas le financement durable de la ferme,

    et dès 1828, on décide la dissolution de la Société et la mise en vente du domaine.

    Celui-ci est fractionné et une partie des bâtiments est détruite.

    En 1920, sur la partie pessacaise du domaine, il ne reste plus que deux bâtiments du corps de ferme et le fameux moulin à eau.

    A cette période, la ferme est occupée par des producteurs de lait.

    Dans les années 1950, la ferme et le moulin seront vendus séparément et se dégraderont.

    A partir de 1970, après deux siècles d'existence,

    la ferme expérimentale sera détruite en raison de l'urbanisation. 

    Le moulin à eau de Noès est aujourd'hui le dernier vestige de cette ferme expérimentale

    et témoigne des expériences pionnières dans la diversification des cultures,

    la modernisation des pratiques coutumières et l'organisation d'un enseignement agricole. 

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    collonges
    Mercredi 28 Novembre 2012 à 15:41

    RECOUCOU, j'ai oublié de dire oui j'ai reçu le mail avec la carte de bretagne, merci a toi; bisous; a bientot

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :