•                                            

     

     Les décors sculptés des chapiteaux des colonnes 

    les chapiteaux du chœur sont réalisés vers 1100-1110, 

    suivant un programme iconographique qui présente des parentés 

    avec les églises de Saint Sever, Saint Seurin de Bordeaux et Bouliac. 

    Illustrant le récit des épreuves bibliques d'Isaac, de Daniel et de Saint Pierre. 

    Des sculptures jacquaires prouvant l'appartenance du monument 

    comme étant une étape sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle. 

     

     

     

                                           

           


    votre commentaire
  •          

     

    Tous les vitraux de la basilique sont l'œuvre du maître verrier Chigot de Limoges. 

    Ils remplacèrent en 1954 les vitraux qui racontaient la vie du Cardinal Donnet 

    et avaient été mise en place après le désensablement du monument en 1865. 

    Ils furent gravement endommagés au cours de la seconde guerre mondiale.

     Les vitraux des nefs latérales sont composés suivant des motifs géométriques, 

    traités en camaïeu de gris-bleuté et d'orangé-rouge allant jusqu'au violet. 

    La symbolique des vitraux de l'abside et des absidioles, 

    du chevet et du pignon ouest est beaucoup plus imagée. 

    C'est ainsi que l'on peut les découvrir dans des tons où le rouge écarlate domine. 

     

             

     

             

     

             

     


    votre commentaire
  •  

     Le Cardinal Donnet a permis d'arracher au sable l'église de Soulac. 

    Grâce à lui, nous avons la chance de voir 10 siècles de notre histoire. 

      

    Son histoire : 

    Ferdinand François Auguste Donnet  est né le 16 novembre 1795 à Bourg-Argental. 

    Homme d'église inébranlable, il est mort à la tâche à 87 ans à Bordeaux, 

    le 23 décembre 1882 après avoir fait une tournée pastorale. 

    On ne peut qu'admirer sa longévité, sa prodigieuse activité pastorale, 

    son étonnante souplesse de caractère qui lui permit 

    de s'accommoder pendant son existence des régimes les plus opposés 

    Né sous la Révolution, il avait grandi sous le Directoire, Le Consulat et le Premier Empire 

    Il avait ensuite connu successivement la Monarchie de Juillet, la Deuxième République, 

    le Second empire et enfin la Troisième République, Evêque coadjuteur de Nancy en 1832, 

    Evêque de Bordeaux à 41 ans en 1836, Cardinal en 1852, puis Sénateur de l'Empire.

     

    Une légende pour un homme exceptionnel : 

    Il aurait été enterré une première fois en 1826 car déclaré mort durant un sermon

    lorsqu'il n'était encore que prêtre. Ce serait un de ses amis qui demanda

    à ouvrir le cercueil après avoir entendu des coups venant de celui-ci. 

    Le Cardinal aurait donc vu et vécu la préparation de son propre enterrement 

    et ses proches lui dire adieu sans pouvoir réagir.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique